Précisions sur l'avenir de la Carte journalière Commune

Publié le - Administration communale - Routes et transports publics

La complexité du paysage tarifaire des transports publics est ressentie par les communes du fait de la concurrence d’offres dégriffées existantes. Elles voient donc les ventes baisser, rendant difficile la couverture des frais de distribution des cartes journalières. L'Union des villes suisses et l’Association des Communes Suisses ont mis ce sujet sur la table avec les CFF et l'Alliance SwissPass. Voici leurs premières conclusions :

Carte journalière Commune proposée pour trois ans supplémentaires

La carte journalière Commune restera en circulation dans sa forme actuelle jusqu’en décembre 2023. Les commandes des paquets de cartes journalières par les communes sont possibles jusqu’en décembre 2022 (aucune augmentation du prix). Passé ce délai, la vente aux communes sera arrêtée. Par rapport aux plans initiaux qui prévoyaient l'arrêt pour 2021, l'Union des villes suisses et l’Association des Communes Suisses ont pu maintenir l'offre trois années supplémentaires. Grâce à la période de transition jusqu’à fin 2023, les communes et les villes peuvent anticiper les planifications budgétaires et les commandes de 2021 et 2022 sans changement et préparer à temps l’arrêt de la carte journalière Commune.

Numérisation trop lourde

L’idée de numériser la carte journalière Commune a été écartée en raison de charges financières, de personnel et de développement trop élevées. Au-delà des coûts, certains cantons auraient dû créer une nouvelle base légale ou encore faire approuver l’interface avec le registre cantonal des habitants.

Une nouvelle offre pour 2024

La collaboration entre les villes, les communes et les transports publics sera poursuivie et les communes profiteront d’une nouvelle offre à partir de 2024. Davantage de renseignements sur les solutions élaborées seront donnés en temps voulu.

L’Union des villes suisses et l’Association des Communes Suisses sont à disposition des communes et des médias pour répondre à leurs questions sur ce sujet.